Le -
modifié le -

Tom Hardy raconte le tournage difficile de The Revenant!

© Cover Media

Tom Hardy confie dans Indie Wire qu'il a eu du mal à s'approprier son personnage dans The Revenant. Le réalisateur, Alejandro González Iñárritu, voulait tout contrôler.

Tom Hardy joue aux côtés de Leonardo DiCaprio dans The Revenant, le film très attendu dans lequel un survivant cherche à se venger de ses amis, qui l’ont laissé pour mort après qu’il ait été attaqué par un ours. Le réalisateur de Birdman, Alejandro González Iñárritu, a réalisé le film, et visiblement, il n’a pas rendu les choses faciles pour le casting. « Il contrôlait absolument tout, a reconnu Tom hardy dans Indie Wire. Tu ne savais pas en quoi tu plaçais ta confiance et comment ça allait marcher. C’est comme apprendre le Black Russian. C’était déroutant. On devait lutter pour reprendre le contrôle de nos personnages. » L’acteur britannique a finalement réussi à s’approprier son personnage de John Fitzgerald, en adoptant notamment un accent très prononcé. Il est tombé par hasard sur l’accent nasillard américain: « J’ai trouvé que ça sonnait plutôt cool, a-t-il expliqué en souriant. Je me suis lancé ! J’étais un peu mauvais, je n’ai fait aucune recherche. J’ai eu le temps de me faire pousser une barbe, de prendre une perruque et de grimper sur la montagne. Ce qu’on voit, c’est ce qu’on obtient. »

The Revenant n’est pas le seul film a beaucoup apporter à Tom Hardy, puisque le film d’action Mad Max: Fury Road est également nommé pour deux Golden Globes en 2016. « C’est vraiment une explosion massive du génie du Technicolor, de la folie orchestrée à son point culminant », a-t-il expliqué en parlant du film de George Miller, très enthousiaste.

S’il interprète le rôle principal dans Mad Max : Fury Road, c’est sa partenaire Charlize Theron qui a été nommée pour son rôle de la Générale Furiosa. Pas un problème pour Tom Hardy. « Non. Parce que je ne l’aurais pas eu, a-t-il reconnu. Je ne l’aurais pas eu, alors qu’elle si. Ce qui est super avec Mad Max, c’est qu’il est réel. Il n’est pas si confiant. Il ne pense pas qu’il va réussir. Il sait ce pour quoi il est bon, et ce pourquoi il ne l’est pas. »