Le -
modifié le -

R. Kelly : fâché, il quitte une interview

© Nikki Nelson/WENN.com

R. Kelly n'a pas apprécié d'être titillé sur les accusations de viol sur mineures portées à son encontre. Il a quitté presque sur le champ la session de questions/réponses organisée par le HuffPost.

R. Kelly s’est livré hier à une session de questions/réponses avec le Huffington Post modérée par la journaliste Caroline Modarressy-Tehrani, afin de discuter de son dernier album, The Buffet. Cette dernière a mentionné les ventes décevante de l’opus, en comparaison de celles de son album de 2013, Black Panties, et lui a demandé s’il pensait que les fans étaient en conflit avec l’idée de le soutenir en tant qu’artiste, alors qu'en tant qu’homme il a connu des soucis avec la justice.

La question faisait référence à ses différentes affaires l'accusant d'avoir eu des relations sexuelles avec des mineures - il a notamment été reconnu non coupable en 2008 après s’être filmé en plein ébats avec une jeune mineure de 14 ans. Le chanteur a rétorqué que ses faibles ventes s’expliquaient par les téléchargements illégaux, et qu’il ne pouvait pas « plaire » à tout le monde, avant que les choses ne s’enveniment avec la journaliste. « Je ne suis pas venu ici pour des (commentaires) négatifs, a-t-il répondu à Caroline Modarressy-Tehran. Je suis venu pour du positif (sic). Je ne donne pas aux gens du négatif à mon sujet là, a-t-il poursuivi. Quand tu commences à recevoir de la négativité, tu ne veux généralement pas entendre cette m****. Particulièrement si c’était, genre, il y a je ne sais combien d’années. Donc ce que je vais vous dire, c’est que je vais m’asseoir ici et vous parler comme à la belle femme que vous êtes, et je vais vous parler avec respect mais je vais vous dire que si un autre commentaire négatif à mon encontre sort de votre bouche, de la négativité, et je me lève et je vais au McDonald's... Je vais rentrer à la maison à Chicago, je vais faire du basket, je vais aller au studio et travailler sur mon prochain album. Je ne suis pas venu ici pour me faire interroger. Je ne suis pas venu ici pour une déposition. Vous savez ce qu’est une déposition? »

R. Kelly s’est ensuite soudainement levé, a enlevé son micro, et a quitté l’interview… sans oublier de dire à Caroline Modarressy-Tehrani qu’elle était « très belle ».