Le -
modifié le -

Quentin Tarantino : toujours remonté contre la police !

© Cover Media

Quentin Tarantino n'est pas du genre à se laisser faire. Attaqué par les policiers qui lui reprochent d'avoir manifesté en leur défaveur, le réalisateur a tenu bon et réaffirmé ses idées dans le Los Angeles Times.

Quentin Tarantino a soulevé une controverse en prenant part à une manifestation contre les violences policières à New York le 24 octobre dernier, au lendemain de la mort par balles d’un officier du New York Police Department, alors qu’il chassait un suspect armé dans le quartier de East Harlem. Si Quentin Tarantino évoque aujourd'hui un mauvais timing, il a toutefois agacé de nombreux policiers en disant aux activistes : « Quand je vois des meurtres, je ne cautionne pas… Je dois appeler un meurtre un meurtre et je dois appeler les meurtriers des meurtriers ». Sa remarque a agacé les fonctionnaires de police de New York, Los Angeles, Philadelphie, Chicago et Houston, qui ont appelé à un boycott des films du réalisateur, à commencer par son prochain western, Les Huit Salopards, qui sort le 25 décembre aux Etats-Unis. Les 330.000 membres du Fraternal Order of Police – la plus grande fraternité d’agents des forces de l’ordre au monde – les ont soutenus.

Quelques jours après les faits, Quentin Tarantino a décidé de répondre aux attaques, expliquant dans le Los Angeles Times qu’il n’était pas intimidé par le boycott des forces de l’ordre. « Au lieu de s'occuper des incidents liés aux brutalités policières que ces gens soulevaient, au lieu d’examiner le problème des brutalités policières dans ce pays, ils préfèrent me barrer la voie. Leur message est très clair. C’est de me faire taire. C’est de me discréditer. C’est de m’intimider. C’est de me faire fermer ma bouche, et encore plus important, c’est d’envoyer un message à toute autre personnalité qui pourrait avoir le désir de se ranger de ce côté du débat. » Le réalisateur a toutefois tenu à éclaircir ses propos : « Tous les policiers ne sont pas des meurtriers. Je n’ai jamais dit ça. Je ne l’ai même jamais laissé entendre ».

La star de son film Django Unchained, Jamie Foxx, ainsi que l’acteur principal des Huit Salopards, Kurt Russell, ont été les premiers à soutenir leur réalisateur après ses commentaires. Les dirigeants de Weinstein Co., qui distribuent son nouveau film, assurent quant à eux que Quentin Tarantino a tout à fait le droit de manifester et de faire connaître ses sentiments, que les policiers soient d’accord ou non.