Le -
modifié le -

Mandy Moore : s'engage pour les femmes

Mandy Moore s’est rendue en Inde avec l’ONG Population Services International dont elle est l’ambassadrice. Elle a expliqué combien il serait judicieux d’enfin investir dans la santé des femmes.

mandy-moore © NRJ

Mandy Moore est une artiste engagée. Elle s’est rendue en Inde, à Dehli, pour l’ONG Population Services International (PSI) dont elle est l’ambassadrice, un voyage dont elle est revenue avec une certitude. « Je me suis réveillée dans la capitale de l’Inde, Dehli, et je suis montée dans une voiture. Nous avons roulé pendant une heure sur des routes boueuses et non pavées, a-t-elle écrit dans un post publié sur le site web de l’organisation ONE. Nous sommes arrivés dans la ville de Patna, dans le Bihar, et avons été accueillis par une douzaine de femmes aux ressources extrêmement limitées. Cependant, elles se sont réunies pour obtenir un micro-crédit afin d’acheter des toilettes pour leurs maisons et la communauté. Investir dans des solutions intelligentes pour améliorer la santé et les droits des femmes, c’est le bon sens d’un point de vue économique et hygiénique. »

Mandy Moore a également expliqué que la plupart de ces femmes dépensent leur argent pour s’assurer que leur communauté soit prise en charge. « Une femme en bonne santé et éduquée réinvestit 90% de ce qu’elle gagne pour sa famille et sa communauté comparé à 35% pour une homme, a-t-elle confié. Chaque année scolaire supplémentaire peut augmenter les gains d’une femme de 10 à 20% et ça augmente les rendements des profits réels pour les pays où elles vivent. Quand 10% de femmes en plus dans un pays finissent leurs études secondaires, le revenu moyen du pays par habitant augmente de 3%. » Malgré cela, Mandy Moore déplore que les investissements pour les femmes soient une minorité de l’argent dépensé par les organisations philanthropiques. « Seulement 2% de chaque dollar reçu va au soutien de projets pour les filles, a-t-elle détaillé. Le résultat, c’est que les services dont elles ont besoin, comme un planning familial et les examens pour détecter le cancer du col de l’utérus ou les violences faites aux femmes, sont limités dans les pays pauvres et les niveaux d’investissement n’atteignent pas la demande. Aucune entreprise ne sacrifierait son meilleur atout et nous non plus. Investir dans les femmes et les filles, c’est du bon sens. Quand le monde des mères, des sœurs et des filles aura atteint son réel potentiel, nous l’aurons atteint également. Et nous en bénéficierons tous. »

© Cover Media