Le -
modifié le -

Mallaury Nataf : de la télé à la rue

© Cover Media

Mallaury Nataf, ancienne starlette de série, vit actuellement dans la rue et a perdu la garde de ses enfants. France Dimanche, qui l’a retrouvée, a dressé son portrait dans ses pages.

Mallaury Nataf a connu son heure de gloire dans les années 90 grâce au succès de la série de TF1, Le miel et les abeilles, dont elle est le personnage principal. Aujourd’hui, elle vit dans la rue et elle a perdu la garde de ses enfants. France Dimanche l’a retrouvée sur les grands boulevards à Paris. « Je mange dans les poubelles et dors sur du métal depuis cinq ans et demi, a-t-elle confié à la publication. Je déteste le métal. L'État ne fait rien pour les gens comme nous. Il préfère aider les migrants. »

La mère de 43 ans a perdu la garde de ses deux premiers enfants, Rafaël et Angéline, en 2010. « Après La ferme célébrités [en 2005], j’ai choisi de me consacrer à mes enfants, a-t-elle confié au Parisien en 2012. Mais, les quatre premières années, j’ai été une très mauvaise mère avec Rafaël. J’ai fait l’objet de deux longues enquêtes sociales, j’ai reconnu mes torts, j’ai décidé d’apprendre et j’ai été suivie par un psy. » La garde de Shiloh lui a été retirée par la suite. « Ils m'ont pris Shiloh et ils vont payer, eux et leurs complices. Je serai sans pitié et me vengerai trente-deux fois. Je suis puissante. En plus, je suis juive, Corse et Sicilienne » a-t-elle lâché à France Dimanche.

Comme le souligne le journaliste, l’ancienne comédienne refuse de se faire aider. « Quand on ferme le soir, elle est là. Quand on revient le matin, aussi. On lui donne à manger mais elle jette presque tout. Les autres commerçants l'aident aussi. Elle reste là, même quand le Samu social veut l'emmener. Elle ne veut pas être aidée » a confié au journaliste un serveur d’un restaurant situé près de la bouche de métro où l’ancienne starlette vit.

Mallaury Nataf montrerait aussi des signes de fragilité mentale. Le journaliste l’a aperçue parler toute seule et s’agiter frénétiquement.