Le -
modifié le -

Leonardo DiCaprio : un tournage difficile

© Cover Media

Leonardo DiCaprio a dû composer avec la nature pour le tournage de The Revenant. L'acteur a expliqué en sortant d'une projection du film que c'était le long-métrage le plus difficile dans lequel il avait tourné.

Leonardo DiCaprio est pressenti pour remporter l’Oscar du meilleur acteur grâce à son interprétation de Hugh Glass dans son dernier film, The Revenant. Son personnage cherche à se venger de ceux qui l’ont laissé pour mort après avoir été attaqué par un ours. Le film a été dirigé par le réalisateur de Birdman, Alejandro González Iñárritu, réputé pour ses longues prises. On retrouve sa marque de fabrique dans The Revenant, et le réalisateur a aussi tenu à filmer sous la lumière naturelle en Colombie Britannique, ce qui ne leur laissait pas beaucoup de temps pour tourner les scènes. « Tout est un très beau flou pour moi, a confié Leonardo DiCaprio après une projection du film à New York cette semaine. Il faut répéter méticuleusement et puis ensuite, c’est une lutte dingue et intense pour capturer cette lumière magique, cette heure et demie très précieuse... C’est devenu comme une situation pas humoristique du Saturday Night Live. C’est le film le plus difficile, je pense, que chacun de nous a fait. » Même Alejandro González Iñárritu a trouvé la tâche difficile, expliquant que pour les longues prises de Birdman (qui a notamment remporté l’Oscar du meilleur film en 2015), les acteurs étaient toujours installés dans le « couloir cosy du plateau ». Ce n’était pas le cas cette fois-ci, puisqu’il ne pouvait pas contrôler l’environnement.

Le film se base sur le livre de 2002 de Michael Punke, et Tom Hardy, Domhnall Gleeson et Will Poulter figurent également au casting. Pour Leonardo DiCaprio, bien raconter l’histoire était la partie la plus vitale du film – surtout qu’il contient de longs moments sans dialogues. « C’est un scénario très linéaire, direct et brillamment simpliste... Nous voulions trouver la poésie entre tout ça, a ajouté l’acteur. Il s’agit de nous immerger dans la nature, et de nous placer au plus près possible du combat de ces gens, et de trouver les bons mots dans ce processus. »