Le -
modifié le -

Léa Seydoux : son entraînement de James Bond Girl

© Cover Media

Léa Seydoux n’a pas lésiné sur les efforts pour son rôle dans Spectre. Comme le raconte l’actrice dans le journal The Observer, elle y est allée fond et a mis toutes les chances de son côté.

Léa Seydoux vient d’ajouter son nom à la liste des actrices ayant joué une James Bond Girl. L’actrice est en effet en ce moment en pleine promotion de Spectre où elle donne la réplique à Daniel Craig dans le rôle de l’agent 007. Pour être à la hauteur de celles qui l’ont précédée, la Française de 30 ans n’a pas fait dans la demi mesure pour son rôle de Madeleine Swann. « Je me suis dit : ‘’Ok, il faut vraiment que j’y aille à fond – travailler sur mon accent anglais, faire du sport, être en forme’’, confie Léa Seydoux dans le magazine britannique The Observer. Le rôle principal c’est James Bond, mais quand elle arrive, ça doit être fort – il faut vraiment qu’on la remarque. » Cela s’est avéré très utile, puisque dans le film, Léa Seydoux effectue quelques cascades elle-même. Si pour l’instant les détails sur Spectre restent relativement secrets, l’actrice explique toutefois que son personnage porte particulièrement bien son nom, une référence à la madeleine de Proust... « Tout est à propos de la réminiscence. Spectre, c’est le passé de Bond qui refait surface – elle est la madeleine qui fait resurgir les souvenirs », précise Léa Seydoux.

Sur le tournage, l’actrice a travaillé étroitement avec Sam Mendes, afin d’être fidèle à la vision du réalisateur. Dans le passé, la jeune femme a collaboré avec des cinéastes exigeants et reconnus, d’Abdelatif Kechiche à Quentin Tarantino en passant par Jean-Pierre Mocky. Pour s’adapter à leur style, Léa Seydoux a fait sienne une réflexion qu’elle tire de François Truffaut. « Que vous soyez dans un blockbuster ou dans un film artistique, il faut être capable de s’adapter. François Truffaut a dit un jour : ‘’Une actrice c’est comme un vase dans lequel on met des fleurs’’. Vous êtes en quelque sorte un vase. Peu importe la façon dont un réalisateur veut le faire, j’accepte », explique Léa Seydoux. C’est d’ailleurs ce qui la pousse à multiplier les collaborations avec des réalisateurs au style très marqué à l’image d’un Wes Anderson, ou plus récemment de Yorgos Lanthimos. L’actrice sera prochainement à l’affiche de Lobster, un film qui fait débat et attendu dans les salles le 28 octobre. « Je préfère travailler avec des réalisateurs qui ont leur propre univers. Pour moi, le cinéma c’est comme un langage – tout le monde a le sien », confie Léa Seydoux.