Le -
modifié le -

Julianne Moore : sa campagne anti-armes

Julianne Moore s'engage pour le contrôle des armes aux Etats-Unis. Elle confie dans Modern Luxury Miami vouloir faire changer les choses et arrêter les tueries.

julianne-moore Cover Media

Julianne Moore a présenté une campagne en faveur du contrôle des armes la semaine dernière, en accord avec l’association Everytown. En tant que maman de deux enfants, Julianne Moore est bouleversée par toutes les tueries dans les écoles, comme celle de l’école primaire Sandy Hook à Newtown, dans le Connecticut, en décembre 2014. « Je ne peux plus le supporter, a-t-elle confié dans Modern Luxury Miami. Je ne veux pas que mes enfants, ni les enfants de quiconque, soient en danger quand ils vont au cinéma où à l’école. Je veux combler les lacunes à cause desquelles des individus dangereux peuvent se procurer des armes. » Le "Creative Council" de Julianne Moore a reçu le soutien de nombreuses célébrités, comme Alec Baldwin, Jennifer Lawrence et Reese Witherspoon. La star de Still Alice a été ravie de leur aide, et pense d’ailleurs savoir pourquoi les acteurs aiment tant soutenir des campagnes importantes. « Ce que tu gagnes, avec un peu de chance en étant acteur, c’est un sens de l’empathie, a-t-elle expliqué. Tu essayes de te mettre dans les baskets de quelqu’un et tu vois vraiment ce que c’est. »

L’actrice sera bientôt en promotion pour son prochain film, Hunger Games: La révolte – partie 2, mais assure qu’elle trouvera quand même le temps de s'occuper de la campagne. Elle est impressionnée par le travail effectué par Everytown et veut tout faire pour aider. « Ils ont des unités de santé mobiles qui amènent des soins là où les communautés en ont le plus besoin », a-t-elle notamment expliqué. Julianne Moore espère pouvoir utiliser sa célébrité pour ouvrir le plus d’esprits possibles autour du sujet, très discuté aux Etats-Unis depuis de nombreuses années. Selon elle, les gens doivent en parler entre eux et ensuite s’adresser aux hommes de pouvoir pour faire changer la loi. « Je connais des gens qui possèdent des armes, qui ont un pistolet rangé parce qu’ils ont des enfants dans la maison, a-t-elle confié à People. Ce sont des gens responsables. En en parlant, on peut reconnaître que c’est un problème et admettre que l’on veut travailler tous ensemble pour le résoudre. »