Le -
modifié le -

Jennifer Lawrence : très proche du personnage de Joy

© Cover Media

Jennifer Lawrence comprend très bien le personnage qu'elle incarne dans Joy. Elle explique sur joblo.com avoir elle aussi lutté pour qu'on croit en elle.

Jennifer Lawrence est pressentie pour des prix grâce à son rôle de Joy dans le nouveau film de David O. Russell, où elle incarne une femme d'affaires en devenir. Tout comme son personnage, elle aussi a dû lutter contre la méfiance de ses pairs. « Je comprends la vigilance qu’il faut pour réaliser quelque chose, pour réaliser ses rêves, et ce qu’on ressent quand personne ne croit en vous à part vous-même, et à quel point il est important de continuer à croire en soi, confie-t-elle sur joblo.com. Et aussi l’horreur du succès, qui est très beau et très amusant, mais aussi très moche et peut être très triste à l’intérieur. »

C’est la troisième fois que l’actrice et le réalisateur travaillent ensemble, après Happiness Therapy en 2012 et American Bluff en 2013. Jennifer Lawrence a utilisé le scénario pour entrer dans la peau de son personnage, mais elle a aussi rencontré la vraie Joy. Cela a été d'une aide précieuse, puisqu’elle a ainsi pu comprendre « la force tranquille » en Joy, quelque chose qu’elle comptait bien retransmettre à l’écran.

Robert De Niro et Bradley Cooper sont également au casting du long-métrage, et jouaient eux aussi dans les deux précédents films de David O. Russell. L’ambiance était donc assez familiale sur le plateau. Jennifer Lawrence a même trouvé le tournage tellement simple qu’elle s’inquiète maintenant de son comportement sur les suivants. « Il y a une telle connivence (entre David et moi) que vraiment, je m’excuse auprès de ce réalisateur avec lequel je travaille maintenant, parce que je sais quel mot va sortir de la bouche de David avant même qu’il ne le dise, a-t-elle ajouté, expliquant le couper souvent au beau milieu d’une phrase en sachant très bien ce qu’il va demander. Donc je n’arrête pas d’interrompre cet autre réalisateur, et je m’en veux. On a une telle connivence qu’on peut lire dans les esprits l’un de l’autre. »