Le -
modifié le -

Emma Watson : féministe pour toutes

Emma Watson a affirmé qu’elle s’adressait à toutes les femmes dans sa mission d’ambassadrice pour l’ONU. La comédienne a appuyé son propos sur Twitter.

emma-watson Cover Media

Emma Watson ne se voit pas comme une « féministe blanche ». La comédienne de 25 ans n’a jamais caché son engagement auprès des femmes, mais d’après elle, celui-ci ne se limite pas qu’à certaines d’entre elles. Elle est l’ambassadrice de la campagne HeForShe, fondée par l’ONU pour encourager les hommes à soutenir les droits des femmes. Lors d’une session de questions/réponses qui se déroulait hier sur Twitter, un fan lui a demandé si elle se voyait comme une « féministe blanche » et Emma Watson lui a répondu très clairement. « Je suis très heureuse qu’on me pose la question, a-t-elle répondu en précisant qu’elle pensait avoir été claire lors du discours qu’elle avait tenu le mois dernier à New York. J’y ai beaucoup pensé. Un féminisme blanc exclurait les femmes noires du mouvement, ce que je trouverais étrange puisque les responsables qui m’ont offert ce poste sont deux femmes noires. Cela implique que je n’ai pas que conscience de mon propre privilège, mais j’ai dû citer 5 fois la chance et les privilèges que j’ai lors de mon discours à l’ONU, ainsi que mon vœux que toutes les femmes aient les mêmes opportunités que j’ai pu avoir. Cela implique une ignorance soigneuse de la question interraciale. »

Elle a ensuite ajouté qu’elle tenait absolument à inclure tout le monde dans le féminisme et qu’elle s’intéressait au bien être de tous et toutes. « Je ne peux pas parler au nom des féministes d’autres cultures que la mienne, mais je peux utiliser ma plateforme pour mettre en lumière le travail de celles qui ont des choses à partager. Et c’est mon rôle de partir de ma propre expérience pour l’étendre à d’autres. C’est pour ça que nous faisons la tournée des universités, c’est pour ça que je suis allée au Bangladesh, en Zambie et en Uruguay et que je voyagerai plus l’année prochaine. Je veux entendre autant de voix que possible, je veux entendre ce que les autres ont à raconter. C’est un mouvement global et universel », a fini par déclarer Emma Watson.