Le -
modifié le -

Emily Blunt : «Le rôle des femmes est très limité dans les films d’action»

Emily Blunt pense que l’industrie est prête à accueillir plus de rôles féminins forts dans des films d’action. La comédienne à l’affiche de Sicario a expliqué son point de vue à The Independent.

emily-blunt © NRJ

Emily Blunt trouve que les rôles de femmes fortes restent une « anomalie » dans l’industrie du film. La comédienne de 32 ans est à l’affiche de Sicario, qui sort cette semaine au cinéma. Ce n’est pas la première fois qu’elle tient un rôle musclé et elle est ravie de réaliser qu’après avoir joué dans Looper et Edge of Tomorrow, Hollywood semble de plus en plus enclin à offrir aux femmes des rôles un peu plus profonds. « Il y a une nouvelle vague de films d’action qui ont des rôles à offrir aux femmes et le public adore ça – ils adorent vraiment ça ! Voir des filles dans ce genre de rôle, a-t-elle expliqué à The Independent. Et je pense que les choses vont aller dans ce sens. Les rôles sont souvent limités. D’habitude, dans les films d’action, les femmes sont reléguées à la princesse en détresse. C’est rare qu’elles soient en première ligne. C’est devenu une anomalie. C’est pour ça que je vous dis que la liste est courte, parce que ce genre de rôle reste assez rare. Le rôle des femmes est très limité dans les films d’action. »

Emily Blunt fait partie de ces artistes britanniques – aux côtés de Benedict Cumberbatch et Eddie Redmayne – qui commencent à se faire une solide réputation à Hollywood. Et si ces trois-là viennent d’une famille plutôt aisée, la comédienne est convaincue que ce n’est pas une prérogative. « Je ne sais pas, je n’y ai jamais vraiment pensé. J’ai l’impression qu’il y en a, un peu moins aisés, qui ont aussi réussi à traverser l’Atlantique. Je crois que les Etats-Unis aiment bien la culture anglaise. Je crois qu’il n’y a pas forcément besoin de sortir d’une école privée. Je veux dire, l’accent anglais appartient à tout le monde, non ? Pas besoin d’être né avec une cuillère en argent dans la bouche », a fini par expliquer Emily Blunt.

© Cover Media