Le -
modifié le -

Drew Barrymore : Steven Spielberg l'a marqué à vie

© Cover Media

Drew Barrymore a toujours été proche de Steven Spielberg. Comme elle l’a confié lors d’un événement à New York mardi soir, il lui a donné un précieux conseil alors qu’elle n’était encore qu’une enfant et qu'elle suit encore aujourd'hui.

Drew Barrymore a toujours pu compter sur le soutien de Steven Spielberg, qui en plus de l’avoir fait jouer dans E.T L’extraterrestre est aussi son parrain. Dans le tumulte qu’a parfois été sa vie, l’actrice s’est toujours souvenue d’un conseil que le réalisateur lui a donné alors qu’elle n’était qu’une enfant, sur les contrats commerciaux et les publicités. « Quand Steven Spielberg vous donne des conseils, vous écoutez, a expliqué, selon Page Six, Drew Barrymore à l’occasion d’un événement à New York organisé par le magazine Self et Fidelity’s Empowering Conversations. Je me souviens de lui me disant, ''S'il te plaît, ne fais ça’’. Ma mère et moi étions une famille monoparentale, nous avions des difficultés économiques. C’était extrêmement alléchant de dire oui à ces offres. Il a dit, ‘'Si on regarde la vie dans son ensemble, ça te rendra moins forte. Et si tu choisis soigneusement tes batailles, ce sera beaucoup plus significatif.'' A sept ans, avec une famille monoparentale, c’ était vraiment difficile à entendre comme ça. »

Cependant Drew Barrymore a suivi les conseils du réalisateur et n'a pas accepté son premier contrat publicitaire avant ses 30 ans, avec les cosmétiques CoverGirl, dont elle a été l’égérie. Avant d’accepter elle a beaucoup réfléchi. « Ils sont arrivés et ils ont dit : '’Nous aimerions travailler avec vous dans un rôle d’égérie’', et j'ai répondu : ‘’Je ne suis pas une égérie, je suis Josie Grossie [Ndlr son personnage dans Collège Attitude]’’, s’est souvenue Drew Barrymore. J'ai dit : ‘’Bon, ça ne va pas marcher, mais j'apprécie vraiment l'idée. Cependant, j’aime produire et j’aime être dans l’envers du décor et j'aime la photo et tout ce qui est graphique. J’ai étudié tous ces trucs, alors si jamais, un jour...’’. Et ils ont dit ok. Puis ils sont revenus et ils m’ont demandé : ’’Envisageriez-vous d'être co-directrice créative ?‘’ Et là j’ai dit ‘’Oui. je serais ravie de le faire’’. »