Le -
modifié le -

Daniel Radcliffe : revient sur ses problème d'alcool!

© Cover Media

Daniel Radcliffe comprend aujourd'hui pourquoi il avait un problème avec l'alcool. L'acteur a confié à Marc Maron qu'il souhaitait simplement vivre comme tout le monde.

Daniel Radcliffe s’est longtemps battu contre son addiction à l’alcool. La star d’Harry Potter a arrêté en 2010, avant de reprendre trois ans plus tard. Avec le recul, il comprend pourquoi il a été aussi extrême, allant jusqu’à se « bourrer la g***** » avec des fans dans les pubs : il voulait simplement une vie normale. « Je buvais beaucoup, mais c’était surtout lié au fait de sortir en public et de pouvoir dire : "J’ai une vie super normale, mec, tout va bien", a-t-il confié à Marc Maron dans son podcast WTF. C’est ça le truc : la plupart des gens peuvent, mais moi, je ne peux pas du tout. »

La franchise Harry Potter a été un enseignement difficile pour le jeune homme de 26 ans, puisqu’elle l’a projeté en plein succès alors qu’il était très jeune. Il a eu du mal à gérer la célébrité, même si les choses se sont apaisées avec le temps. « Je connais la routine de ce monde maintenant, parce que je fais ça depuis un moment, et ça me va très bien, a-t-il expliqué. Je ne connais pas la vie sans ça, ce qui est probablement un problème en soi sur toute la ligne. Mais j’ai la chance d’être entré dans les choses comme je l’ai fait. Pas en terme d’être un super acteur tout de suite, parce que je ne pense clairement pas que j’en étais un, mais simplement dans le fait d’avoir aimé ça tout de suite. »

Concernant son addiction à l’alcool, Daniel Radcliffe affirme également avoir été à tort influencé par le parcours de certaines de ces idoles, les sulfureux acteurs Peter O'Toole et Oliver Reed. « Pour moi, j’ai toujours eu une vie structurée et 90% du temps, je l’ai appréciée, (mais) il y a cette partie folle en toi très souvent qui veut être un rebelle, et avoir du chaos, a-t-il expliqué. C’était genre, "Mec, comment tu fais ça ? Ca va ?". Et je me dis toujours qu’ils ne vont pas vraiment bien, qu’ils luttent vraiment contre quelque chose. »

Passer plus de temps aux Etats-Unis a également beaucoup aidé Daniel Radcliffe, car l’alcool n’a pas la même dimension sociale outre-Atlantique qu'en Europe.