Le -
modifié le -

Antoine de Caunes: prêt à en découdre pour son retour

© Cover Media

Antoine de Caunes revient sur Canal Plus avec une nouvelle émission, L’Emission d’Antoine. L’animateur a confié dans TV Mag qu’il avait tourné la page du Grande Journal et qu’il était prêt pour une nouvelle aventure.

Antoine de Caunes n’a pas eu le temps de souffler depuis qu’il a été remercié du Grand Journal. Fidèle parmi les fidèles de l’esprit Canal, l’animateur est rapidement passé à autre chose. « Dans les jours qui ont suivi, j'ai discuté avec Vincent Bolloré. Nous avons immédiatement convenu de notre désir mutuel de travailler ensemble », raconte-t-il à TV Mag à propos de la période qui a suivi son éviction.

Ce départ, c’était pour mieux revenir avec un nouveau concept d’émission, cette fois estampillé 100% Antoine de Caunes : l’Emission d’Antoine, diffusée dès ce soir à 22h50 en crypté. L’objectif est de partir « d’un détail, d’une humeur », pour « faire un portrait en creux de l'époque ». Au programme, l’animateur a prévu une bonne dose d’excentricité et de loufoqueries façon eurotrash, mais aussi des chroniqueurs comme Alison Wheeler, Monsieur Poulpe, Fred Veisse et Fred Testot. Le défi était de taille, mais Antoine de Caunes a apprécié le relever. « Au-delà de l'appréhension, de l'enthousiasme, c'est le plaisir qui l'emporte. Quoi de plus excitant que de se retrouver devant une page blanche, d'essayer d'imaginer une nouvelle écriture, de mélanger les genres - reportages, interviews, chroniques ou magnétos - en essayant d'apporter un regard nouveau », confie-t-il.

Côté audimat, Antoine de Caunes tâche de regarder la situation avec un peu de recul. Il le sait, « si tout s'est précipité cet été, c'est que la chaîne avait besoin d'un électrochoc pour secouer ses vieilles habitudes ». Avec sa nouvelle émission, il espère avoir le temps de faire ses preuves. « Le temps de la télévision est à la fois lent et immédiat, on fera le bilan à la fin de la saison. Si nous avons convaincu des abonnés de nous suivre et donné envie aux autres de venir voir ce qui se passe là, je serai un homme comblé ! », assure Antoine de Caunes.