Le -
modifié le -

Adrien Brody dévoile son côté artistique

© Cover Media

Adrien Brody vient d’inaugurer sa première exposition. L’acteur a confié au magazine Details qu’il avait refoulé son côté artistique quand il était adolescent car il avait peur d’être mis à l’écart.

Adrien Brody est le genre d’acteur qui refuse les rôles trop mainstream. À la place, il s’est illustré dans des films comme Le Pianiste et The Grand Budapest Hotel. Il a aussi récemment révélé sa première exposition, intitulée Hotdogs, Hamburgers and Handguns – « hotdogs, hamburgers et pistolets ». Ces derniers temps, l’acteur a eu envie de se concentrer sur son côté artistique, ce qui n’était pas le cas quand il était jeune. « Quand j’étais adolescent, j’étais très sensible, a-t-il expliqué au magazine Details. Très créatif, très imaginatif, et je n’avais pas beaucoup d’amis qui me ressemblaient. Donc je me suis un peu rabaissé, et je me suis fondu dans la masse, parce que c’était difficile d’être le marginal. Et je suis le marginal. Je n’en ai pas peur maintenant que je suis un homme, mais je pense que quand j’étais adolescent, j’avais peur d’être mis à l’écart. »

Adrien Brody a grandi dans le comté du Queens, dans l’État de New York, pendant les années 80-90, ce qui a probablement affecté la personnalité de l’acteur de 42 ans. Il raconte que la société était « violente » donc il s’est tourné vers les personnes avec qui il se sentait en sécurité. « New York était plus violente, plus ouvertement violente, qu’aujourd’hui, a-t-il expliqué. Donc je me suis entouré d’amis capables de me protéger, qui me permettaient de faire partie d’un groupe pour me donner du pouvoir. C’est très habituel chez les adolescents, n’est-ce pas ? Cela m’a rendu moins sensible. J’essaye d’être plus rationnel et d’obéir à mon côté rationnel plutôt qu’à mon côté émotionnel en tant qu’adulte, mais quand on est adolescent, on est plus guidés par nos émotions. Nous sommes secoués de changements hormonaux, les jeunes femmes comme les jeunes hommes, et nous sommes volatiles. »

Comme le suggère le titre de l’exposition, le travail d’Adrian Brody se concentre sur la nourriture de fast food et certaines œuvres aborde la violence des armes à feu.