Readiktion, l’appli qui veut rendre les jeunes accros à la lecture

Lire un roman en épisodes sur votre mobile, avec à la fin de chacun d’entre eux la possibilité de choisir entre deux alternatives ? C’est le pari de Readiktion, qui allie roman-feuilleton et interactivité. Nous avons interviewé ses fondateurs, Gilles Barbier et Philippe Aubertin.

Readiktion, l’appli qui veut rendre les jeunes accros à la lecture © iStock


Readiktion, c’est un projet parti d’une simple conversation entre deux amis en train de refaire le monde. En 2016, l’application est née, et depuis, elle fait de plus en plus parler d’elle. Le principe ? S’abonner à une histoire pour en recevoir les épisodes. A la fin de chacun d’entre eux, vous pouvez choisir entre deux alternatives… et donc entre deux épisodes différents. Readiktion n’est disponible que sur mobile : un choix délibéré afin d’attirer les jeunes vers la lecture. Et si chaque épisode est bref, Readiktion propose plusieurs formats d’histoires, de 15 épisodes à plus de 50 ! Tous les registres sont les bienvenus, du polar à la fantasy en passant par la romance. On a voulu en savoir plus.

 

Comment avez-vous eu l’idée de Readiktion ?

Gilles : Je connais Philippe depuis longtemps. L’idée nous est venue un soir, c’était vraiment une conversation de bar sur les choix de vie, sur « ce qu’on aurait fait si »… et l’idée nous a vraiment plu. On a décidé de l’appliquer au livre numérique. Une histoire, avec à la fin de l’épisode, deux choix possibles ! On a fait des tests auprès de quelques personnes et l’engouement était là. On a obtenu une bourse et lancé un appel aux auteurs fin 2016. On veut que les auteurs soient rémunérés, que les lecteurs puissent avoir accès aux textes sur leur mobile… A l’heure actuelle, on a deux livres publiés, et cinq ou six qui vont bientôt paraître.

 

Sur votre site, on peut lire que vous voulez « inciter les jeunes et les moins jeunes à lire ». La jeunesse constitue vraiment votre cœur de cible ?

Philippe : Le cœur de notre cible, c’est les 15-25 ans, ceux qu’on appelle les digital natives. C’est sur eux qu’on a fait le plus de tests ! Un épisode doit être lu en 5 à 7 minutes par les utilisateurs.

Gilles : Les gens passent en moyenne 20 minutes dans les transports en commun, chaque jour. Ils peuvent lire des épisodes pendant ce temps ! Petite anecdote personnelle : j’étais dans le train, à côté de deux jeunes à qui j’ai été amené à dire ce que je faisais. Je leur ai montré l’appli. L’un d’eux a dévoré plusieurs épisodes en quelques minutes et a passé son mobile à son copain. Ils m’ont dit qu’ils ne lisaient jamais de livres ! On crée aussi Readiktion pour ça.

 

Pourquoi avoir choisi le format d’épisodes avec deux choix à la fin ?

Philippe : La vie, ce sont des choix. L’idée vient de là ! On voulait une application un peu interactive, mais sans image ni vidéo. On ne voulait pas qu’elle s’apparente à un jeu. Un choix égale un clic. Readiktion est un peu le cousin du livre dont vous êtes le héros. Les lecteurs ne choisissent pas la suite de l’histoire lorsqu’ils cliquent sur une alternative : ils ne savent tout simplement pas ce qui va se passer.

 

Comment choisissez-vous vos auteurs et vos manuscrits ?

Gilles : Nous avons un comité de lecture d’une vingtaine de personnes. Ils ont des champs libres à remplir. Mais le plus important, c’est : est-ce qu’ils ont envie de continuer l’histoire ? Bien sûr, le style et l’orthographe comptent beaucoup.

Philippe : A terme, il y aura aussi un comité de lecteurs qui pourra donner son avis sur les manuscrits.

 

Les histoires ne peuvent se lire que sur mobile pour le moment. Est-ce que c’est envisageable d’étendre le modèle Readiktion aux liseuses ?

Philippe : En l’état, ce n’est pas possible parce que le format ne le permet pas. De plus, ceux qui utilisent des liseuses ne sont pas de nouveaux lecteurs, ce sont souvent des lecteurs assidus qui utilisent un nouveau moyen pour lire, et ce n’est pas notre public ! Les « anciens » lecteurs considèrent souvent que lire exclusivement sur un mobile avec une notion de choix, c’est une hérésie.

Gilles : Les gens qui lisent sur leurs mobiles, ce sont de nouveaux lecteurs. Ce sont eux que nous visons.

 

Est-ce qu’il y a des collaborations avec des auteurs précis que vous aimeriez faire ?

Gilles : Oui, il y a notamment un prix Goncourt avec qui nous voulions collaborer. Il y a aussi des auteurs de polars connus, et qui ne sont pas forcément français. Nous ne sommes fermés à aucun genre !

Philippe : Nous aimerions effectivement développer Readiktion avec des romans en langue anglaise plus tard.

 

Question personnelle, pour finir : quels sont vos livres préférés ?

Gilles : J’aime beaucoup les romans policiers, et surtout les livres d’Histoire. D’ailleurs, j’aimerais beaucoup faire des livres historiques sur Readiktion, pour faire apprendre l’Histoire autrement. Max Gallo aurait été parfait pour ça, malheureusement, il vient de décéder… Et Le cycle de Dune, de Frank Herbert ! Ça n’a pas pris une ride et les thèmes restent très actuels.

Philippe : Houellebecq est mon auteur préféré. J’aime aussi beaucoup Romain Lucazeau, qui écrit du space opera. Dune aussi, bien sûr !

 

Plus d'infos sur DigiSchool : Quels romans étrangers lire pour améliorer son niveau de langue ?

 

tendances métiers : les derniers articles