Quels sont les secteurs les plus prisés par les apprentis ?

Attractif l’apprentissage vraiment ? Il semblerait que les étudiants y voient de plus en plus une opportunité pour s’assurer un futur métier qu’ils ont choisi.

Quels sont les secteurs les plus prisés par les apprentis _iStock-624713098 © iStock


L’apprentissage a le vent en poupe d’après les derniers chiffres du ministère du Travail, parus début septembre 2017 : plus 1,9 % de jeunes s’inscrivent dans ces filières professionnalisantes.
 

Faire le pari d’un secteur prisé

Dans des filières concurrentielles où il y a beaucoup de candidats et peu de postes, passer par la branche apprentissage est un atout non négligeable : il permet de financer des études pas forcément à portée de bourse, d’acquérir une véritable expérience professionnelle pour ensuite pouvoir se démarquer des milliers de CV similaires et surtout d’intégrer un secteur qui fait rêver et d’en appréhender tous les atouts et les inconvénients.


Miser sur un métier jusque là hermétique à l’alternance

Si des métiers, comme c’est le cas dans l’artisanat ou l’industrie, sont des habitués des filières d’apprentissage, c’est moins le cas des grosses entreprises, particulièrement dans le tertiaire. Mais la tendance est en train de s’inverser puisque de plus en plus d’étudiants se tournent vers ce type de postes.

Par conséquence, la tendance de fond, observée par l’Insee depuis 2008, est une augmentation du niveau des étudiants qui entrent en apprentissage. En effet, aujourd’hui les filières professionnalisantes à l’université ou dans des écoles du supérieur sont de plus en plus courantes. Ainsi, en 2016, le nombre d’apprentis d’un niveau supérieur ou égal à bac +2 a augmenté de 5,3 %, tandis que les étudiants de niveau CAP ou bac ont baissé d’1,3 % et de BEP de 1,1 %.


S’assurer un job à la clé

Enfin, certains secteurs ayant recours à l’alternance recherchent en permanence de nouveau profils. C’est le cas par exemple de l’informatique, et plus particulièrement dans la sécurité informatique, qui forme quelques 14 000 étudiants par an en alternance, et continue d’embaucher à la fin des cursus, voire même avant la fin.

 

tendances métiers : les derniers articles