Comment imposer le télétravail en douceur ?

Plus d’un quart de la population des actifs français est éligible au télétravail aujourd’hui, d’après une étude de la Fondation Concorde du 6 juin 2017, mais les entreprises françaises rechignent encore à franchir le pas. Comment les convaincre ?

Comment imposer le télétravail en douceur _iStock-546177060 © Istock


Télétravail et horaires souples, les Français disent oui, oui, oui ! Mais du côté des employeurs, c’est plus compliqué à tenir : manque de confiance, investissements coûteux, charges multipliées,… Leurs arguments sont multiples et freinent l’essor du télétravail en France. Comment alors changer les consciences et faire passer la pilule en douceur ? Nos conseils pour y parvenir.


Dégager des arguments gagnant-gagnant

Moins de fatigue et plus de productivité sont les premiers arguments qui viennent à l’esprit. Le télétravail permet de raccourcir le temps quotidien passé dans les transports et donc permet à l’employé d’être moins fatigué et donc plus productif. Il est aussi souvent un moyen d’échapper au sacro-saint open space qui présente de nombreux avantages mais a aussi le défaut d’être souvent bruyant et animé.


Mettre en avant un argument choc : la souplesse

Mais les entreprises pensent plutôt que le télétravail réduit le nombre d’heures travaillées et que les salariés ont tendance à négliger leurs tâches professionnelles. C’est le moment d’avancer l’argument infaillible de la souplesse : l’employé est plus disponible, quelque soit l’horaire, et peut travailler une heure par-ci, une heure par là, même les soirs et les week-ends puisqu’il possède son outil de travail à la maison. Attention tout de même à conserver un équilibre vie privée-vie professionnelle et à savoir se déconnecter pour préserver sa vie de famille.


Proposer une mise en place par étapes

La mise en place du télétravail, si elle est dans les tuyaux depuis de nombreuses années, peine à aboutir dans la loi française. Aujourd’hui avec la réforme du Code du travail par ordonnances, elle est au cœur du débat. La ministre du travail, Muriel Pénicaud affirmait fin juillet 2017, sur France 2, que la nouvelle loi devrait permettre d’améliorer « la sécurité des salariés avec un droit plus clair et plus simple, avec la sécurisation du télétravail, car le télétravail n'est pas sécurisé». De quoi rassurer les employeurs, qui peuvent peut être également être sensibles à une mise en place par étapes avec de la souplesse de la part de l’employé : ne pas choisir un jour fixe mais adapter ses jours de télétravail à son emploi du temps, voire télétravailler une demi-journée pour commencer en fixant des objectifs précis. Imposer n’est pas la solution, mais proposer peut l’être.


Un avantage pour recruter de jeunes talents

Le télétravail est un atout non négligeable pour la vitrine de l’entreprise. Aujourd’hui, les jeunes actifs, s’ils tiennent à la vie d’entreprise, au lien social qu’elle représente, ont également besoin d’innovation et de souplesse. Les études le prouvent.

La mise en place du télétravail dans une société peut donc devenir un argument de vente à l’heure de recruter de jeunes talents, n’hésitez pas à en faire la promotion auprès de votre employeur.

 

tendances métiers : les derniers articles