Les 3 questions à se poser avant d’arrêter ses études

Arrêter ses études n’est pas une décision à prendre à la légère. C’est surtout synonyme de « d’entrer sur le marché du travail ». Pour être certain de faire le bon choix au bon moment, il est indispensable de se poser les bonnes questions.

Les 3 questions à se poser avant d'arrêter ses études - iStock-513961469 © NRJ


La fin des études peut effrayer ou inquiéter. C’est le début du travail, le vrai, celui qui nous responsabilise. Alors, il faut être prêt à se lancer. Posez-vous ces trois questions et selon vos réponses, prenez la bonne décision !

 

 1 - « Suis-je prêt ? »

Certaines formations remplissent leur rôle à merveille, mais ne suffisent pas toujours à travailler directement après l’obtention du diplôme. Par exemple, une formation comme l’I.U.T. représente de solides bases, une expérience déjà enrichissante et un large panorama des débouchés. Mais justement, c’est un diplôme qui risque, selon les domaines, d’être trop général, trop global, et pas assez spécialisé, même s’il existe différentes options.

L’une des questions à se poser est donc : « Suis-je assez spécialisé pour faire ce que je souhaite faire ? ». Si la réponse est non, alors il est plus judicieux de s’orienter vers une autre formation plus resserrée sur un métier.

Bien sûr, le contenu de votre formation entre également en jeu. Il est indispensable d’avoir acquis suffisamment de connaissances et de compétences avant de vous lancer sur le marché du travail. Il peut vous manquer certaines bases ou bien vos cours ne sont pas assez approfondis. En effet, si les différentes matières de votre cursus sont plus des initiations à plusieurs pratiques plutôt que des programmes approfondis et formateurs, vous risquez de rencontrer d’importantes lacunes une fois embauché dans une entreprise.

Et parfois, il est possible de ne pas se sentir prêt psychologiquement. Si vous ne vous sentez pas encore assez mature, si vous ne pensez pas être capable d’assumer de lourdes responsabilités, si vous avez encore des projets, comme voyager, qui ne peuvent se réaliser que pendant les études, alors écoutez-vous. Faites le choix qui vous met à l’aise.

 

2 - « Ai-je assez d’expérience ? »

Lors d’une embauche dans une entreprise, l’expérience rassure à la fois le recruteur et le candidat. Certains cursus ne proposent pas de stages avant la troisième, voire la quatrième année. Les stages constituent justement votre expérience avant le marché du travail. Ils sont importants pour acquérir les compétences ou même simplement pour connaître le monde professionnel.

Si votre formation ne vous donne pas suffisamment l’occasion de vous former « sur le terrain », vous pouvez tout aussi bien vous former ailleurs, lors de petits boulots, en freelance par exemple.

Mais c’est quelque fois difficile d’acquérir de l’expérience en-dehors des études. Alors le manque de stages ou d’alternance peut handicaper une fois sur le marché du travail, car c’est justement l’atout qui peut faire la différence à la fin des études. Ainsi, si vous avez l’opportunité de poursuivre vos études dans une formation plus professionnalisante, saisissez-la !

Dans le monde professionnel, l’expérience est décisive. C’est souvent difficile de trouver un travail en sortant des études à cause de l’expérience qui manque. C’est donc le point à assurer avant de finir ses études.

 

3 - « Comment est le marché du travail, dans mon milieu ? »

Bien entendu, tout dépend de votre filière. Certaines donnent lieu à de nombreux débouchés, d’autres présentent beaucoup de demandes pour peu d’offres. Il est alors indispensable de se renseigner sur l’état du marché du travail de votre domaine, même si généralement, vos enseignants vous en informent déjà dès la première année.

Le journalisme, par exemple, est une filière très populaire qui présente peu de débouchés. Un bac+2 ou un bac+3 ne suffisent pas vraiment à se démarquer lors des entretiens. Tandis qu'en imprimerie, par exemple, un bac+2 ou un bac+3 avec alternance peuvent suffire à trouver du travail par la suite.

Ainsi, il est important de bien connaître son milieu et ses débouchés. Vaut-il mieux avoir un bac+3 ou un bac+5 pour faire tel ou tel métier ? Même si l’on n’a pas envie de continuer ses études, il vaut parfois mieux continuer un peu pour être certain de trouver du travail par la suite. Mais attention aussi à ne pas être surdiplômé pour le poste que vous convoitez !

Si vous avez un doute, vous pouvez toujours aller regarder les offres disponibles dans ce qui vous intéresse, et voyez si elles sont nombreuses, si elles sont accessibles, et surtout quelles sont les exigences demandées. Vous serez vite fixé, et le choix se fera alors de lui-même.

Ne perdez pas de vue votre objectif et donnez-vous les moyens de l’atteindre. Mettez toutes les chances de votre côté. Continuez vos études si besoin, arrêtez-les si le marché du travail le permet, et si vous vous sentez prêt à travailler. Dans le monde professionnel, il vaut parfois mieux ne pas prendre trop de risques mais savoir saisir les opportunités quand elles se présentent. Mais pas de pression : aujourd’hui, la reprise d’études est tout à fait possible !


Plus d’informations sur digiSchool : Quand niveau d'études ne rime pas avec emploi

 

Les derniers articles formation