Finir son mémoire à temps : toute une histoire

Posons l’ambiance d’entrée de jeu. Vous êtes en fin de master et vous devez rendre votre mémoire cet été – ou un peu avant. Hors de question pour vous de rendre votre mémoire au dernier moment, après une semaine de nuits blanches. On a un meilleur plan pour vous : vous permettre de rendre à temps un mémoire qui casse la baraque, tout en faisant de bonnes nuits de sommeil. Partants ?

Finir son mémoire à temps © iStock


Tout d’abord, sachez qu’il est parfaitement possible de rendre un mémoire dans les temps, tout en suivant un stage ou des cours à côté. L’auteur de cet article a rendu son mémoire de fin d’études pour la première session des soutenances, alors qu’elle n’avait pas fini son stage et qu’elle répétait une pièce de théâtre. L’important, c’est d’être à peu près organisé et de se fixer des deadlines. Ce qui va nous permettre d’entrer dans le vif du sujet.
 

Soyez organisé. En tout cas, un minimum.

La clé pour réussir un mémoire à temps, c’est de fixer des délais et de les respecter. En résumé, de vous faire un petit planning. Pour ceux qui sont allergiques à l’organisation, planifier la rédaction d’un mémoire est très simple. Bien sûr, il faudra le faire en avance pour pouvoir vous donner des deadlines assez larges. Etablissez un délai pour chaque partie du mémoire.

A telle date, votre introduction et votre plan doivent être terminés. Ensuite, votre première partie doit être bouclée à telle date, puis la seconde quelques semaines plus tard… Prévoyez aussi, dans ce petit planning, une session relecture. Essayez également de trouver des plages horaires fixes où vous pouvez vous consacrer à la rédaction : le matin avant de partir en stage, le soir après le dîner (mais sans vous coucher trop tard !).
 

N’oubliez pas de (faire) relire votre mémoire.

La relecture est une chose très importante, et on insiste encore une fois sur le fait de ne pas rendre votre mémoire au dernier moment. Pourquoi ? Parce que si vous le finissez pendant la nuit, quelques heures avant de le rendre, vous n’aurez pas le temps de le faire relire. Or, il est primordial de faire relire votre travail par une personne extérieure, afin qu’elle repère les fautes d’orthographe ou les phrases qui seraient mal formulées.

Astuce pour ne pas avoir à intégrer toutes les corrections en une fois : envoyez les parties de votre mémoire à votre relecteur au fur et à mesure, dès que vous les avez finies. Ainsi, vous n’aurez pas à attendre longtemps après avoir bouclé la dernière partie de votre mémoire et en faire une relecture intégrale. Les corrections seront faites, vous pourrez lire votre travail à tête pour une ultime relecture.
 

Prenez la rédaction de votre mémoire comme un jeu.

La rédaction d’un mémoire n’est pas un exercice facile, mais si vous le considérez comme une corvée, ça ne va pas arranger les choses. Voyez plutôt votre mémoire comme un exercice amusant. Pour ce faire, il vous suffit de créer les bonnes conditions. Trouvez l’horaire où vous arrivez le mieux à écrire. Vous avez besoin de musique en rédigeant votre mémoire ? N’hésitez pas à mettre AC/DC à fond si ça vous inspire (ou n’importe quelle playlist qui vous motive).

Vous pouvez aussi vous challenger, en essayant de finir vos parties de mémoire avant la deadline que vous aurez choisie – on s’amuse comme on peut, hein. Attribuez-vous des récompenses quand vous avez fini une étape de la rédaction : une pause lecture, un épisode de série, une crêpe party ! Les possibilités sont vastes. L’important étant de trouver votre rythme, d’aimer faire ce travail, et surtout… de le finir dans les meilleures conditions possibles !

A voir sur digiSchool : Comment bien rédiger l'introduction de son mémoire ?
 

Les derniers conseils