Qu’est-ce que le droit à la déconnexion ?

La loi tente, avec le droit à la déconnexion, d’aider les salariés à rétablir la frontière entre vie pro et vie privée. Mais comment le mettre en place ?

Qu'est-ce que le droit à la déconnexion ? © iStock


Le terme est de plus en plus utilisé, mais salariés comme employeurs peinent à le définir et à le mettre en place pour rétablir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Il est entré dans le Code du travail en janvier 2017, mais demeure assez vague dans l’esprit des jeunes cadres hyperconnectés. Qu’est-ce donc que le droit à la déconnexion ?

 

Pourquoi une loi ?

Le sacro-saint équilibre vie privée-vie professionnelle, tout le monde le recherche mais peine à trouver la recette. Alors que les appareils connectés sont entrés dans la vie des salariés en très peu de temps, envahissant le quotidien et rendant poreuses les frontières entre travail et temps personnel, le législateur a décidé de s’en mêler et d’intégrer une mesure pour les entreprises de plus de 50 salariés, dans la loi Travail, ou loi El Khomri. L’employeur doit désormais a minima mettre en place une charte au sein de sa société, qui traite du droit à la déconnexion.

 

Débrancher ses appareils professionnels hors temps de travail

D’après une étude Eléas datant de septembre 2016, 37 % des actifs utilisaient les outils numériques professionnels hors temps de travail et une majorité des actifs (62 %) demandaient une régulation.

« La loi n'exige pas d'éteindre son smartphone professionnel en rentrant chez soi ni pour l'entreprise de couper les serveurs à 18 heures », précisait au Figaro, Patrick Thiébart, avocat associé au cabinet Jeantet, au moment du passage de la loi. Mais l’employeur doit trouver des solutions pour réguler les accros au smartphone ou les managers trop exigeants qui font croire à leurs subordonnées qu’ils sont irremplaçables. C’est avec les syndicats que l’employeur doit tenter de trouver un accord pour réguler l’utilisation des outils numériques professionnels.

 

Convertir les entreprises

Il y avait déjà des pionnières en la matière, qui avaient mis en place des accords en interne pour préserver ses salariés. Volkswagen ou PriceMinister figurent parmi les élèves zélés qui incitent leurs salariés à se déconnecter durant les fins de semaine ou les soirées, ou qui coupent les accès aux messageries durant plusieurs heures, considérées comme creuses.

D’autres en ont même profité pour saisir le filon : une start-up bretonne baptisée MOVE4IDEAS propose un logiciel qui explore différentes solutions pour éviter l'utilisation des emails en dehors des heures de travail et gérer au mieux ses échanges professionnels pendant la journée.

 

actus : les derniers articles